Aujourd’hui savez vous qui est concerné par la dénutrition ?

Les personnes âgées ? Les personnes malades ? Les personnes précaires ?

Nous vous avons partagé un sondage pour vous demander si vous vous sentiez concernés par la dénutrition pour vous ou vos proches.

Puis, nous partirons à la rencontre de Grégory Perret, chargé de mission à la Croix rouge française. Il nous livre son regard sur la dénutrition dans les milieux précaires et nous en dit plus sur l’aide alimentaire apportée à ces familles et sur l’enjeu d’éducation nutritionnelle.

Pour les populations précaires, l’urgence et donc la priorité est de trouver de la nourriture, quelque soit cette nourriture et ses qualités nutritionnelles. 

Vous sentez vous concernez par la dénutrition ?

Par notre sondage , vous nous aviez confié ne pas tous vous sentir concerné par la dénutrition. Etonnamment, les moins de 15 ans et les plus de 65 ans ne se sentent pas concernés par la dénutrition.

Alors que presque 40% des répondants entre 15 et 25 ans se sentaient concernés ainsi que près de 20% des personnes de 25 à 65 ans.

Si vous ne vous sentez pas concerné, vous nous avez répondu, en majorité, que c’est parce que vous vous nourrissez de façon équilibrée et que vous mangez à votre faim.

La dénutrition est encore une fois perçue comme un manque de nourriture et non pas comme un déséquilibre nutritionnel.

Tandis que les personnes qui se sentent concernées, ne le sont pas directement à l’instant présent, mais elles envisagent la possibilité de l’être en vieillissant, en contractant une maladie ou en tombant dans la précarité.

Etes vous si désintéressé par la dénutrition ?

Il est intéressant de voir que les personnes de 15 à 25 ans commencent à appréhender une vision différente de la nutrition et sont vigilantes quant à l’évolution possible de leurs apports et de leurs besoins nutritionnels.

La société évolue dans le sens de la prise de conscience nutritionnelle. Aujourd’hui, vous vous posez de plus en plus de questions sur ce que vous mangez, la provenance, la qualité, le respect des produits et de leurs apports nutritionnels.

Les personnes plus âgées, que nous avons interrogées, nous rapportent plutôt le rapport entre la faim et les besoins de l’organisme. Les notions d’apports nutritionnels et de qualité des aliments ne sont pas ancrées dans leur éducation nutritionnelle.

Or, en avançant dans l’âge, les risques de dénutrition augmentent car les apports caloriques doivent être supérieurs afin de pouvoir compenser les besoins de l’organisme.

Les populations les plus à risque comme les séniors, les personnes précaires sont les personnes qui se sentent le moins concernées par les notions d’apports nutritionnels car elles ont pour préoccupation la notion même de manger à leur faim.

Interview de Grégory Perret, chargé de mission à la Croix rouge française

https://youtu.be/iRBdVpsARq4

Laisser un commentaire